Catastrophe de Simon Lorraine

25 FÉVRIER 1985 :

LE CAUCHEMAR DE FORBACH

Lundi 25 février 1985 : 930 mineurs du siège Simon de FORBACH viennent de descendre pour le poste du matin. A 7h 21, dans la veine 18 du secteur F3 de l’étage 1050, c’est le drame. Un coup de grisou suivi d’un coup de poussier tue 19 mineurs ; 3 de leurs camarades voulant les secourir sont asphyxiés par les fumées. Aux 22 morts s’ajoutent 103 blessés et intoxiqués par le monoxyde de carbone CO ; 300 autres recevront des soins à l’infirmerie. A 11h 30, tout le personnel rescapé est remonté ; les recherches pour retrouver et remonter toutes les victimes seront arrêtées à 18h.

catasimon01.jpg

Les puits Simon 1 et 2 dans les années 80

Le choc dans la corporation minière est effroyable. Comment, en 1985, une telle catastrophe est-elle encore possible ? Le siège sera fermé jusqu’au 4 mars pour les besoins de l’enquête qui durera six mois, la population exige que toute la lumière soit faite sur la tragédie. Le 1er mars, 15000 personnes assistent aux obsèques des malheureuses victimes qui ont lieu à FORBACH. Ce n’est que le 23 juin 1992 que le Tribunal de SARREGUEMINES donnera son verdict en déclarant les HBL responsables de la catastrophe. Quelques temps après le drame, de nouvelles mesures de sécurité furent prises avec l’obligation de créer des niches-refuges pressurisées à proximité des chantiers (zones contenant de l’air respirable à une pression légèrement supérieure à la pression atmosphérique pour empêcher l’entrée des gaz asphyxiants provenant de l’incendie) et le port de l’appareil d’évacuation autonome fut généralisé.

catasimon05.jpg

Archives, col APPHIM

Quelques précisions concernant le siège Simon

  • Il est situé sur le territoire de FORBACH (sauf le puits n°4 à SCHOENECK) dans le Groupe de PETITE-ROSSELLE (Est du département de la Moselle).

  • Il doit son nom à Guillaume SIMON, Directeur des Houillères de PETITE ROSSELLE au moment où elles appartenaient à la famille de WENDEL.

  • Il est constitué de cinq puits :

  • puits n°1 : foncé en 1904 → extraction, service, aérage, chevalement de type anglais;

  • puits n°2 : foncé en 1908 → extraction, service, aérage ;

  • puits n°3 : foncé en 1932 → service, aérage ;

  • puits n°4 : foncé en 1947 → service, aérage ;

  • puits n°5 : foncé en 1958 → extraction, service, aérage, tour d’extraction en béton.

On peut encore voir les puits nos 1,2 et 3 à FORBACH et n°4 à SCHOENECK.

Les puits Simon 1,2 et 5 avant la destruction de la tour
  • Production totale de charbon sur le site de FORBACH de 1904 à 1997 : environ 100 millions de t.

  • Production record : 6 millions de t en 1959.

  • Fin de l’exploitation de l’UE FORBACH (Simon-Marienau) : le 5 décembre 1997, la dernière berline de charbon a été remontée au puits Simon n°2.

Les puits Simon 1 et 2 en août 2013

Stèle commémorative puits Simon photo Alain Meier 2012

Mots-clés associés

Date de création : 20/02/2014 09:45
Dernière modification : 03/01/2024 15:41
Catégorie : Les dates-les personnes - Catastrophes
Page lue 16561 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !