L'électrification du fond

L'électrification du fond


Sous station d'accrochage au 2 de Marles

L'électricité au fond s'est véritablement développée à partir de 1945. Elle remplace souvent l'air comprimé dans certains cas. L'électricité est bien sûr moins coûteuse et moins contraignante que l'air comprimé. L'électrification remonte aux années 1890 dans la Compagnie de Marles, pionnière dans ce domaine, avec des trolleys et des treuils électrifiés.


Pompe d'exhaure électrique

Transformateur de sous-station 3 de Marles

En 1931, les premiers convoyeurs électriques apparaissent puis en 1937 les premières installations à courant alternatif. Il faut dire que la technologie électrique est connue depuis longtemps mais le risque d'inflammation lié au grisou a freiné le développement de celle-ci. L'évolution du matériel anti-déflagrant permet d'électrifier intensément le fond.


coffrets de chantiers

Le courant arrive au fond avec une tension de 5000 V. La tension est répartie à la sous-station d'accrochage entre l'exhaure, les étages inférieurs, les quartiers... Le courant arrive dans le quartier à la sous-station de quartier où le voltage est abaissé à 500 V. Le courant est alors utilisable dans les chantiers .


visite d'un coffret de chantier de convoyeur

Le matériel électrique était soumis à plusieurs contrôles et validations avant de pouvoir être utilisé. Il doit avoir un agrément ministériel et passer les tests du CHERCHAR (essai dans une cuve à grisou, essai hydraulique...).

Les circuits électriques ont la caractéristique de produire des étincelles pas assez chaudes pour enflammer le grisou. Ils sont de plus enfermés dans un carter anti-déflagrant (ohmètres de boute-feu, télécommandes, verrouillage des prises de courant).


consignation d'un coffret de 1000 V

L'huile des transformateurs est remplacée par un mélange ininflammable. Ces appareils sont à coupure sèche. Les isolants des câbles sont eux-aussi ininflammables. Cette robustesse et cette sécurité ont un prix mais aussi un poids. Tout ce matériel reste très pesant malgré les efforts continus pour en améliorer l'ergonomie.


Salle haute tension 5000 V

L'utilisation de cette technologie va engendrer de nouveaux accidents (câbles abîmés, sur-tensions, brûlures...) et va nécessiter de nouvelles consignes de sécurité.


Jean-Louis HUOT pour l'APPHIM

Mots-clés associés

Date de création : 10/11/2011 22:18
Dernière modification : 27/07/2012 21:11
Catégorie : Le fond - Installations
Page lue 16647 fois

Réactions à cet article

Réaction n°3 

par didier le 20/10/2023 20:04

Certains eclairages de chantier fonctionnaient a l air comprime  petit alternateur alimentant un tube fluorescent 


Réaction n°2 

par didier le 20/10/2023 19:58

Matériel ADF antidéflagrant , visses 3 pans et écrous 5 pans , les cables spéciaux blindés etc


Réaction n°1 

par didier le 20/10/2023 19:56

Les moteurs de tete et de renvoi de rabot étaient de 500 voir 1000 volts , les télécommandes fonctionnaient en courant mono alternance  systeme unique dont une diode en fin de ligne était connectée . le relais ne reagissait que par cette nature de courant , si un défaut d'isolement se produisait le relais était alors alimenté en alternatif et ne réagissait plus .