En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.

Les chantiers en plateures

L'exploitation de plateures

On appelle chantier en plateures les veines de charbons quasi-horizontales dont l'inclinaison varie entre 0 et 25°.

Exploitation au pic

Les mineurs creusaient d'abord deux galeries parallèles espacées de 200 m environ. Une des galerie est appelée voie de base et l'autre voie de tête. Ces deux galeries sont reliées entre elle par ce qui est appelé le front de taille. C'est par ce côté que l'on abat le charbon.

Veine et soutènement "plumes"

L'exploitation des ces plateures était d'abord au pic puis au marteau piqueur. Avec la mécanisation, les plateures ont été exploitées par des rabots ou des haveuses.

Abattage marteau-piqueur

Abattage avec haveuse

Les premières haveuses agissaient comme le rabot en faisant une saignée à la base de la veine qui s'effondrait dans le convoyeur blindé. Les haveuses à tambour vont elles rogner la veine sur toute sa hauteur.

Abattage rabot

Les tailles d'abord boisées ont été équipées d'étançons métalliques puis du soutènement marchant.

Jean-Louis HUOT pour l'APPHIM


 

Mots-clés associés

Date de création : 02/09/2011 22:41
Dernière modification : 22/08/2012 17:52
Catégorie : Le fond - Le travail du mineur
Page lue 11565 fois

Réactions à cet article

Réaction n°1 

par POGXOMOMO le 12/08/2017 07:28

D'abord, bravo pour la qualité des photos. Quelques précisions, en premier sur le travail en cours du Mineur assis sur le tas de charbon abattu. Il pose en porte à faux une rallonge articulée, appelée aussi une plume!, pour éviter l'éboulement du toit, (plafond). Cette opération est répétée au fur et à mesure que le charbon est abattu. Ce charbon ensuite évacué, le convoyeur ou engin de desserte sera poussé ou ripé par des vérins hydrauliques sous ces plumes en porte à faux contre le charbon. C'est alors que des étançons démontés côté foudroyage seront reboisés sous ces plumes juste derrière le convoyeur en place sur toute la longueur de la taille. L'objectif, ne jamais laisser le toit  sans soutient.

Seconde photo, une veine de plus de 2 mètres de charbon, dite propre! Exploitée avec le marteau piqueur, (c'est la première fois que je vois un Mineur utiliser le protège tibia!). Contrairement à celle exploitée par rabot composée de charbon et de terres intercalaires.

Aléas de la création du charbon au cours des 200 à 300 millions d'années avant notre ère!

A propos de la taille rabot, je m'étonne d'un tel découvert, Le toit est probablement en ''fer''? Absence de soutient du toit entre l'extrémité du chapeau du soutènement marchant et du charbon en place, surtout sur une importante longueur?