En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Nouveauté

A.P.P.H.I.M Mémoire des mineurs

Si vous souhaitez faire paraître vos photos de mineurs, celles de vos ancêtres, vos témoignages d'ancien mineurs ou enfants de mineurs... sur notre site contact : apphim@apphim.fr. L'A.P.P.H.I.M souhaite ainsi conserver et transmettre la mémoire et l'image de nos mineurs.

Pour consulter les mineurs présents dans nos archives consultez le pdf

pdf.gif

Sur le site

Le menuisier

Souvenir de mon père André Callens

« Mon fils ne sera pas mineur !», c’est ce qu’a déclaré de manière imparable mon grand-père à son porion lors de la visite d’embauche de son fils André.  Mon grand-père était mineur abatteur. Depuis l’âge de 12 ans il travaillait à la mine, d’abord dans les mines du Boulonnais, puis à Liévin quand elles ont fermé. Il n’avait pas eu d’autre choix, arrivé des Flandres Belges à 10 ans, il avait très peu fréquenté l’école et parler le flamand comme langue maternelle avait été un autre handicap. Son fils avait un autre parcours, il aurait un autre avenir que le sien.

Pourtant ce jour-là, sans conviction, André se faisait embaucher à la mine. Peu motivé par l’école, fatalement, il suivait le chemin de son père après le certificat d’études. 

Mon père avait quatorze ans quand il commença comme « galibot » en partageant   le quotidien des Mahuts, ces femmes qui triaient le charbon des autres gravats. Elles étaient réputées pour leur gouaille et leur comportement un peu salace quelquefois.  Les histoires liées au bizutage des petits nouveaux glaçaient mon père. On racontait qu’elles aimaient leur « passer la visite » : elles les déculottaient et leur enduisaient les fesses de charbon.

mahut01.jpg

Le jour où Jeanne, la plus ancienne lui lança en riant un caillou sur la main, tout son être se crispa. Il comprit que ça allait être son tour… Alors dans une pulsion de défense, il renvoya le caillou qu’elle reçut dans un cri sur le dos de la main. Les injures et des noms d’oiseaux fusèrent, mais les Mahuts lui laissèrent finir le poste en paix.

Alors que son avenir semblait être tracé dans la morosité, la chance lui sourit. Les Houillères avaient besoin d’autres corps de métier manuels. Elles proposèrent divers apprentissages … André choisit la formation de menuisier, heureux enfin du virage que prenait son avenir, très heureux de quitter si vite les Mahuts.

                                                                       Martine Dreux-Callens, petite-fille de mineur

Editorial

Bienvenue sur le site mineurdefond de l'Association pour la Pérennisation du Patrimoine Historique et Industriel Minier (A.P.P.H.I.M)
 

logo2014.jpg Logo2019.png


Mémoire de la mine et des mineurs - Conservation d'archives et de matériel - Pérennisation de la mémoire des bâtiments et équipements miniers

A.P.P.H.I.M Ne pas oublier, transmettre et partager

 

Autre site A.P.P.H.I.M. apphim.fr

Textes et photos produits pour l'A.P.P.H.I.M ©Apphim tous droits réservés


 

Information

Les informations proposées sur ce site le sont à titre de service rendu au public, à titre pédagogique. Les photos sont utilisées à titre non lucratif. Elles sont protégées par le logo APPHIM pour éviter toute reproduction. Merci à Jean-Marie Minot, Jean-Pierre Mongaudon et Pierre Christian Guiollard et bien d'autres pour l'utilisation des photos

Photos des houillères-cartes postales anciennes de notre fond d'archives-photos Sébastien G, Jean-Louis HUOT, Pierre Ombrouck et Georges Tyrakowski (droits Apphim) sont estampillées de notre logo

Si par erreur involontaire, des photos, images ou écrits se glissent dans nos articles, nous nous engageons à retirer ces maladresses au plus vite. n'y voyez aucune intention maligne ou mauvaise de notre part. Nous nous en excusons le cas échéant.