Mineur de Fond

Accueil      Téléchargements      Livre d'or 
21 décembre 1990

21 décembre 1990, la fin du charbon en Nord-Pas de Calais

Le 21 décembre 1990 Oignies

Le 21 décembre 1990, la fosse 10 d’Oignies arrête son extraction et marque la fin de l’exploitation charbonnière dans le Nord-Pas de Calais. Michel Louchart, chef porion d’exploitation et ses hommes exploitent pour la dernière fois dans la taille Michelle 224 sous le territoire de Courrières. La dernière berline remonte par le puits 9, servant d’habitude de puits de service, au milieu de la cohue des journalistes. Les derniers mineurs prennent chacun une dernière gaillette étreints par l’émotion.

dern06

La fosse 10, Carreau 2008

L’arrêt de l’exploitation est la suite logique des précédentes :

  1968 - Fosse 9 Courrières, Fosse st mark
  1969 - Fosse 5 de Bruay
  1970 - Fosse de Sessevalle, fosse 2 Hénin Liétard
  1971 - Fosse Delloye et fosse 6 de Liévin
  1972 - Fosse 13 de Noeux
  1974 - Fosse 2 Auchel
  1976 - Fosse 18 de Lens
  1979 - Fosse  6 de Bruay
  1980 - Fosse Sabatier
  1984 - Fosse Barrois
  1986 - Fosse 19 Lerns
  1989 - Fosse Arenberg
  1990 - Fosse 9 de l’escarpelle

dern03

Le siège 9/9bis où est remontée la dernière berline en 2005

L’épopée du charbon s’achève après 270 ans exploitation. Quelques chiffres résument cette activité: 601 puits, 2362 millions de tonnes extraites, 100000 km de galeries et 329 terrils

CONFÉRENCE DE MINEURS DU MONDE SUR LA FIN DU

CHARBON NORDISTE À OIGNIES EN DÉCEMBRE 1990

Christian MORCZEWSKI, universitaire organisateur de conférences pour Mineurs du Monde, avait une nouvelle fois bien fait les choses le jeudi 19 février 2015 en invitant le public sur le site-même de la fosse 9/9 bis d’OIGNIES pour parler de la fin du charbon nordiste le 21 décembre 1990. La petite salle prévue à cet effet était pleine à craquer pour écouter les conférenciers qui se relayaient pour les explications et les commentaires sur les photos d’époque :

confmineursdumonde01.jpg

Les trois intervenants : Jean-Marie MINOT, Olivier KOURCHID, Désiré LEFAIT

C’est Olivier KOURCHID qui a commencé la soirée-débat en présentant le contexte de l’époque (fin des années 80) : la récession irréversible commencée dans les années qui suivirent le second conflit mondial et qui touche à sa fin, la nécessité du reclassement des mineurs encore jeunes, le problème des friches industrielles, le lutte sans merci de certains politiques pour essayer de sauver des carreaux de fosse afin d’en faire des musées (Jean-Pierre KUCHEIDA, Député-Maire de LIEVIN à l’époque, a complété les propos de l’intervenant en expliquant son long combat avec CDF pour sauver le chevalement de la fosse 1 qu’il a finalement pu acquérir pour 50000 F, le prix de la ferraille… CDF n’a pas osé lui faire repayer celui voisin de la fosse 3 où a eu eu la catastrophe en 1974 !). Olivier KOURCHID a aussi expliqué le choix d’OIGNIES par CDF pour la fin du charbon dans la région, les raisons en sont multiples car la ville est un symbole à de nombreux égards :

dern02.jpg

La dernière berline de charbon extraite dans le NPdC.

Révoqué le 14/11/47 à la suite de la crise socialo-communiste, il continue d’être actif au sein de la CGTU pendant de longues années. En 1971, il devient 1er Adjoint au Maire de LIBERCOURT jusqu’en 1983 où il devient Maire jusqu’à 1986, date de son décès.

Les sections de Basket-Ball de l’Étoile d’OIGNIES (championne de France de Nationale 1 en 1970-1971) et de Tennis de Table se sont également illustrées au niveau national tout comme l’AS Ste Barbe OIGNIES (football) qui est restée cinq saisons en CFA de 1950 à 1955.

Pour ce qui est des drames de la Mine, la commune d’OIGNIES n’a connu que deux catastrophes : 

On pourra en lire les comptes rendus sur le site de l’A.P.P.H.I.M ( catastrophes du mois de mars ).

dern04.jpg

Le siège 10 (1961-1990) au temps de sa splendeur (10000 t/jour en 1971).

Il ne reste aujourd’hui que le château d’eau qui devrait être abattu en 2015.

Un chiffre qui fait froid dans le dos a été donné par l’intervenant à propos des accidents dans le Nord/Pas-de-Calais (statistiques HBNPC) :

̎1 blessé pour 1000 descentes, 1 tué pour 1000 blessés. ̎

Estimation en 1947 : il y avait 220.000 mineurs dans tout le Bassin qui ont dû travailler chacun environ 300 fois en un an, ce qui représente 66.000.000 descentes. Avec la formule ci-dessus, cela aurait occasionné 66000 blessés, soit 220 par jour et 66 tués, soit plus de 5 par mois !!! Pour tout le Bassin, cela paraît plausible…

Jean-Marie MINOT a ensuite commenté de nombreuses photos montrant les fosses des Compagnies de DOURGES et d’OSTRICOURT à toutes les époques de l’exploitation, ses explications précises et argumentées ont une nouvelle fois montré qu’il était un expert incontournable et incollable sur l’épopée du charbon… mais qui en doutait ?

Désiré LEFAIT a terminé les interventions en expliquant les spécificités de la fosse 9 qui dépendait du siège 10 situé à DOURGES. Le champ d’exploitation de ce méga-ensemble était de la taille de PARIS intramuros. Le siège 10 dirigé les dernières années par Michel DOLIGEZ était prévu pour produire bien au-delà de 10000 t par jour, il a été victime de la récession. L’exploitation s’est terminée dans la veine Michelle 224 d’où a été extraite la dernière berline de charbon remontée exceptionnellement à la fosse 9 le vendredi 21 décembre 1990 ; 200 des 350 mineurs restants sont descendus ce matin-là. Désiré LEFAIT a ensuite répondu aux nombreuses questions concernant cette fin annoncée : l’émotion des mineurs, le matériel resté au fond, celui qui a été récupéré, celui qui a été revendu au prix de la ferraille, celui qui a été cédé au Musée de LEWARDE, le remblayage des puits, le rasage du siège 10 et de toutes ses installations de surface (sauf le château d’eau) , la lutte pour maintenir les installations de surface de la fosse 9, la naissance de l’Acccusto Seci en 1993, …

De 1858 (début de la fosse 1) jusqu’à 1990 (fin du siège 10), c’est 146 millions de t qui ont été extraites des fosses du Groupe d’OIGNIES. Une bien belle soirée se terminait. Merci à Mineurs du Monde, merci à Monsieur MORCZEWSKI et un grand bravo aux intervenants qui ont été passionnants du début à la fin.

Georges TYRAKOWSKI, Jean-Louis HUOT pour l'APPHIM


 


Date de création : 10/06/2010 17:34
Dernière modification : 28/08/2012 21:41
Catégorie : Post-Nationalisation
Page lue 16712 fois
Haut

© 2004-2024
Skins Papinou GuppY 5    Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.01 seconde