En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 

Votre soutien

Notre travail, ce site internet ont un coût

10€/an

Montant libre

Le jour

Le fond

Les usines et autres

Visites

 1173710 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Recherche

Recherche

Nouveauté

A.P.P.H.I.M Mémoire des mineurs

Si vous souhaitez faire paraître vos photos de mineurs, celles de vos ancêtres, vos témoignages d'ancien mineurs ou enfants de mineurs... sur notre site contact : apphim@apphim.fr. L'A.P.P.H.I.M souhaite ainsi conserver et transmettre la mémoire et l'image de nos mineurs.


Sur le site

L’autorité du père, la discipline (1950/1960)

Les enfants doivent obéissance à l’adulte : le père, l’instituteur, le curé… L’enfant est un être qu’il faut «  dresser ». L’adulte a toujours raison. L’enfant n’a pas droit à la parole.

A l’école

A l’école, la discipline est rigoureuse. Les élèves se rangent en colonnes strictes et, l’entrée en classe est silencieuse. En cours il est interdit de parler sans l’accord de l’enseignant.

 La maitresse surveille l’état de propreté. On lui montre les mains en entrant dans la classe. Une blouse grise protège les vêtements des garçons, tandis que  les filles portent de jolis tabliers à motifs. Ma mère m’achète 2 tabliers par an, que j’alterne chaque semaine. Nous choisissons dans le magasin de vêtements, chemin Manot au 11. En période de rentrée scolaire, l’une des 2 vitrines de la boutique, est entièrement consacrée aux tabliers pour enfants.

Un cours d’instruction civique débute la journée par une leçon  de morale. Les punitions de l’enseignant pleuvent en cas d’indiscipline ou de mauvais résultats scolaires :

                                                                                                                                                          

- Des lignes à écrire 100 fois ou plus : « je ne dois pas parler en classe »,

- Des coups de règles sur le bout des doigts,

- Le port toute une journée d’un bonnet d’âne en carton,

- Une ardoise à porter au cou sur laquelle est inscrite la faute, ou le mauvais comportement,  

- Le cahier mal soigné, épinglé au dos et se présenter ainsi, dans toutes les classes,

- La main gauche attachée, pour obliger les récalcitrants à écrire « de la belle main »,

- Rester debout derrière le tableau mobile durant de longues heures, ou bien le nez collé au mur,

- Une règle dans le dos pour se tenir bien droit,

- A genoux sur une règle (plutôt chez les garçons), les mains sur la tête.

Les élèves punis sont en général toujours les mêmes.  

A la maison

autorite02.jpg

Dans les maisons, les pères sont craints. Ils ont toute autorité sur l’épouse et les enfants.

Pour ma sœur Nadine, qui désobéissait, la sanction était « le martinet ». C’est un bâton d’environ 20 cm au bout duquel sont accrochées une dizaine de lanières en cuir de la même longueur, aussi longues que le bâton. Tous les enfants connaissent «  le martinet ». Le vendeur ambulant de lait, qui passait dans les rues dans son camion Citroën, en plus de quelques articles d’épicerie, exposait un fort grand nombre de ces engins. Parfois, il n’en avait plus en vente, devant la forte demande. Certains pères le brandissaient seulement, en signe de menace, mais  beaucoup les utilisaient,  puisque l’adulte doit avoir toujours raison.

Je me rappelle, mon père prenait une chaise pour s’assoir.  Il attrapait Nadine, la maintenait couchée sur le ventre contre ses genoux, et frappait ses fesses nues. Ma mère, qui s’interposait en criant, était repoussée violemment. J’assistais, figée, à la scène, criant à chaque coup infligé à ma sœur, comme si je les ressentais.  Nadine, allongée sur le lit dans la position ventrale, sanglotait doucement sous la main caressante de ma mère, l’enduisant d’un baume adoucissant. La marche, les jours suivants, sur le trajet de l’école, s’avérait délicate. Les « saucissons » sur les fesses disparaissaient avec le temps.

Les institutrices se doutaient des blessures physiques de certains enfants, mais ne « soufflaient » mot. Le médecin, l’infirmière gardaient le silence.

Un jour, Nadine coupa à ras, les lanières de cuir au ras du bâton. Mon père, en un tour de main, déroula sa ceinture d’autour de la taille et la brandit. Ma mère s’accrocha à lui plus fermement que jamais, et il abandonna. Le lendemain, au clou sur le  mur, un martinet tout neuf  s’exposait à nos yeux.

Mon frère Christian a lui aussi connu le martinet. Mais, ce dont je me souviens le plus, c’est le cachot, dans la « cabane à lapins » où il a passé de longs moments, enfermé. Un petit réduit, qui servait tantôt aux poules, tantôt aux lapins. Ce local noir et froid dans lequel on ne tient pas debout, était ainsi « la punition » de mon frère quand il n’était pas sage !

Ma mère a bien pleuré et tenté d’empêcher les punitions, mais le chef de famille a toute puissance ! 

Papa d'Annick

Mon père savait aussi jouer avec nous et nous initier à toutes sortes d’activités manuelles, sportives… Il me racontait des histoires avant d’aller au lit.  Ma préférée : « l’histoire de la petite poule rousse », qu’un jour, ne sachant pas encore lire, je lui racontais par cœur,  à force de l’entendre. Nous passions de bons moments à la pêche avec lui : Fampoux, Brunemont, Aubigny au Bac … Nous aimions notre père et il nous aimait.

Une voisine malmenée par son mari  venait régulièrement pleurer auprès de ma mère. Elle s’empressait de rentrer chez elle avant le retour de son homme ! La consommation d’alcool ne favorisait pas la tranquillité dans quelques foyers (vin, bière brassée au domicile, genièvre l’alcool régional).

 Il était facile de repérer  les habitations  d’où sortaient les éclats de voix, les disputes, les murs qui tremblent sous la violence.

 Si la solidarité est de mise au fond, entre les travailleurs, elle existe de la même façon chez ces mères de famille, femmes au foyer. 

 La condition de la femme, dépendante de son époux, à cette époque, dans les mines comme ailleurs, c’était la « soumission obligée ».

Dans les années 60, chaque enfant aura très certainement côtoyé un adulte trop brutal, un enseignant trop sévère, et ceci, dans quelque milieu social que ce soit.

Malgré toutes ces anecdotes, je qualifie les souvenirs que je garde de mon enfance : «  Du Bonheur ». Dans l’esprit de l’enfant que j’étais, il me semble avoir évolué dans une famille aimante, avec des voisins, des camarades, des enseignants chaleureux, généreux, gentils, serviables.

 Des moments douloureux, difficiles ? C’est le lot de chacun, quelques soient ses origines, et son  époque…

Annick MILBRANDT, fille de mineur


Editorial

Bienvenue sur ce site de l'association A.P.P.H.I.M apphim.fr consacré au métier de mineur sous toutes ses formes, aux matériels qu’il utilisait et aux installations dans lesquelles il travaillait. Grâce aux nombreuses recherches effectuées par les adhérents de l’association, aux documents qu’ils nous ont transmis et aux témoignages des anciens, nous espérons par tous les articles inclus vous éclairer sur les spécificités et les difficultés du travail des mineurs, sur leurs luttes incessantes au cours de l’histoire pour être reconnus, sur leur vie dans les corons et sur l’ambiance d’entraide et de solidarité absolument remarquable qui existait entre les hommes au fond des fosses.

Textes et photos issus de l'Apphim ©Apphim tous droits réservés
 

Jean-Louis HUOT, Président A.P.P.H.I.M

logo2014.jpg

apphim@apphim.fr

apphim.fr


 


Information

Les informations proposées sur ce site le sont à titre de service rendu au public, à titre pédagogique. Les photos sont utilisées à titre non lucratif. Elles sont protégées par le logo APPHIM pour éviter toute reproduction y compris celles issues de la photothèque de CDF.

Photos des houillères-cartes postales anciennes de notre fond d'archives-photos Sébastien G et Jean-Louis HUOT  (droits Apphim) sont estampillées de notre logo

Si par erreur involontaire, des photos, images ou écrits se glissent dans nos articles, nous nous engageons à retirer ces maladresses au plus vite. n'y voyez aucune intention maligne ou mauvaise de notre part. Nous nous en excusons le cas échéant.


Les métiers de la mine

Social

Les dates-les personnes

Livres, récits, témoignages...

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
95 Abonnés

Recherche

Recherche