Votre soutien

Vous aimez notre travail, soutenez-nous

10€/an

Montant libre
Le jour
Le fond
Les usines et autres
 ↑  
Visites

 648675 visiteurs

 13 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos

Le goudron existe à l'état naturel depuis l'antiquité. C'est le bitume qui enduisait les coques des navires. C'est en 1683 que l'on a extrait pour la première fois du goudron de la houille. C'est dans les cokeries que l'opération de récupération des goudrons a lieu. 1T de charbons gras carbonisés donne 30 à 35kg de goudrons. Le goudron est en grande partie recueilli dans le barillet à la sortie des fours. Il peu servir tel quel, hydraté, pour le revêtement des routes mais il est préférable de le distiller car on en tire 350 produits différents, desquels on obtiendra encore 30000 autres différents.

goudron01.jpg

L'usine HGD (huiles goudrons et dérivés de Vendin le Vieil 62)

A 50-60°, température de distillation du goudron, on obtient des huiles légères comme les benzols (Ceux-ci provenant pour la plus grande quantité des gaz de cokéfaction).

De 120 à 180°, on obtient les huiles phénoliques. Le phénol sert à la fabrication d'acide salicylique (aspirine), de mélinite (explosif), de parfums, de révélateurs photographiques, de matières plastiques comme la bakélite et le nylon. Des huiles phénoliques, on obtient aussi de la pyridine (fabrication de sulfamides), les coumarones (peiture, caoutchouc, chewing-gum...).

De 210 à 260°, Ce sont les huiles naphtaliques qui sont produites. Elles servent pour fabriquer de l'anti-mites, du carburant, des explosifs, des huiles, des dégraissants, du désherbant, cirages, mastic...

De 260 à 300°, on obtient les huiles lourdes. Ces huiles servent à séparer le benzol des gaz de cokerie mais aussi à faire des toiles de bâches, de conservateurs du bois...

de 300 à 380° ce sont les huiles anthracémiques qui sont obtenues. Elles sont utilisées pour la fabrication de bitume, de mastics, insecticide, de papiers carbone, traitement des traverses de chemin de fer, anti-rouille...

goudron01.jpg

L'usine HGD (huiles goudrons et dérivés de Vendin le Vieil 62)

Lorsque toutes ces huiles sont extraites, il reste un résidu solide : le brai. De couleur brun-foncé, noir, il sert de liant à la fabrication des boulets et briquettes dans les usines des houillères. Il sert aussi d'électrode, au calfatage des bateaux...


Date de création : 27/11/2012 @ 15:07
Catégorie : Les usines et autres - La cokerie
Page lue 7040 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Les métiers de la mine
Social
Les dates-les personnes
Livres, récits, témoignages...
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
72 Abonnés
Recherche
Recherche