Votre soutien

Notre travail, ce site internet ont un coût

10€/an

Montant libre
Le jour
Le fond
Les usines et autres
Visites

 892259 visiteurs

 12 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://mineurdefond.fr/data/fr-articles.xml

Mystère dins ch’coron

mysterecoron01.jpg

«Tiens, Marinette all’a pon cor ouvert ses battants, ch’matin!»

Cha m’vient à l’esprit in allant querre du lait à l’cinse, comme tous les jours.  A peine arvénue,  j’interprinds min ménache  sans m’faire trop d’bile! L’heure du midi all’ arrife, faut faire à minger, chés gosses rintent ed’l’école.

 «Man, tout est freumé à mon Marinette ! », em’dit eune ed’mes files, mais j’ai trop d’ouvrache, j’y réponds pas. Ej’ sers à diner. Mes éfants babèlent, is ont tellemint d’affaires à raconter in sortant ed’ l’école. El’ dernière bouquie avalée, is s’armettent in route pour y r’aller. Ch‘est à  ch’momint là équ’ deux ou tros voisines arriff’ tent all’ mason boire eune goutte ed’jus in attindant équ’chés hon’mes i rintent de l’fosse.

« Alors, mes gins, o’z’ avez vu, Marinette all’ a toudis pon ouvert ses battants ! » dit Paulette. Faut dire équ’dins ch’ coron, on n’ l’a pas querre Marinette! Ed’pis qu’all vit tout seu, min’me chés gosses, all’ peut pus les vire! All’ rind  visite à personne, et min’mes si chés masons sont collées, in ne peut pon dire qu’in vouot gramint d’monte  vénir all’ sienne. Ch’est vrai qu’all’ nett’chie sin querpion, mais ch’est toudis à l’fraîche, quand y a pon core un tchien dehors. All’ airot bien  peur ed’dire bonjour à quiqu’un. All’ pale jamais à personne et quand all’fait ses commissions, ed’ vir es’ n’air mache, in a pont invie  ed’li parler!

Quand qu’all’ s’pourmène dins chés rues de’ch’coron, chés infants i rintent à leu mason in courant. I paraît équ’ch’est eune chorchelle et qu’all’ jette des sorts!

Alors aujourd’hui, ch’est eune vraie inquête ed’ police autour de l’goutte ed’jus. Chés femmes n’saf’tent pont quoi invinter pour espliquer qu’Marinette all’a pon cor ouvert ses battants. Ses voisins d’à côté i z’ont intindu des bruits ed’ parlache dins s’cuisine, mais cha fait si longtemps qu’all vit tout seu, ch’est pon possipe ! In’ n’a pon eune d’inter nous qui a invie ed’ passer par ech’gardin pour aller toquer à l’huche, all’ airot si vite fait ed’ dépinte ech’ viux fusique dé s’ n’Alfret’ pour faire décamper chés arwétians.

Mes vojines n’arrêtent pont ed’ jacasser, tout y passe ! alles sont in foufelle ed’ pis ch’matin. Chés gosses is vont rintrer ed’ l’école, et chés battants ed’ Marinette i sont toudis freumés !

Tout l’monte rinte à s’mason, mais su ch’quemin, alles peuvent pont s’impêcher ed’ raviser du côté d’el mason ! Chés hommes vont arvénirs de l’fosse, et ch’est sur, in va in parler. II n’ n’ a pont eune qui veut aller vire derrière, à l’farniète d’eull’ chorchelle. In n’sait jamais, cha peut porter malheur !

Tout l’mon.ne i’ est rintré, chés gosses,is’ ont minger leu archinoir et is font leu devoirs sus l’tape ed’ cuisine. Ej’ prépare à souper tout in racontant à m’n’homme chu qui s’a passé. D’un seul cop, em’vojine tambourine à m’porte !

«Viens vire el’dallache à mon Marinette ! »

Toutes chés femmes de ch’coron arrif’tent in courant ! in est tousse rassannée d’ vant l’mason qui nous a fait busir tout l’journée. Adèle, el’pus vièle d’ inter nous, mais l’pus curieusse aussi, all’a collé s’ n’ oeul à ch’tro de ch’battant. Ej’vouos eune lumière blanque et noirte qui arflète dins tout l’cuisine ! J’intinds des cris, in tire des cops d’fu, mon diu ! Marinette all’dot ête d’vénue maboule ! All’ arcolle es’n’oeul pour bien comprinte el’situation. All’ s’artourne ed’ nous côté, écherv’lée,all’ nous ravisse aveuc ses pétits yux d’ fouine, all’ attinds incore un momint pour nous faire guinguir et continte de s’ n’effet all’ nous annonche :

« O’ d’vi’nrez jamais qu’o’ ch’étot : Marinette all’ a l’ télé »

Et ouais, Marinette, all’avot acaté eune télévision, el’première de ch’coron, et all’ n’avot nullemint l’intention d’in faire profiter el’ voisinache !  

Eh bin! Vla tout l’monte rapagé. À ch’ t’heure, i va falloir li faire des risettes à Marinette, si in veut aller vire el’ télé à s’mason!

                                                                                                                                                          Lucette FROGET, fille de Mineur


Date de création : 01/03/2018 @ 16:33
Catégorie : Livres, récits, témoignages... - Récits-Enfants de mineurs
Page lue 209 fois


Les métiers de la mine
Social
Les dates-les personnes
Livres, récits, témoignages...
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Recopier le code :
88 Abonnés
Recherche
Recherche